Musique : jeunes talents et indépendants toujours lésés…

7 novembre 2023 à 13h13 par Christophe HUBERT

Image d'illustration
Image d'illustration
Crédit : Pixabay

Musique : jeunes talents, indépendants, toujours lésés…

Le marché de la musique, en pleine explosion, en pleine transformation, porté par les locomotives que sont les plateformes de streaming. Celui des concerts ? Au top de sa forme avec des grosses tournées comme jamais et des promoteurs, ravis !

Ça, c’est la version optimiste de l’histoire. Mais ces derniers temps surgissent de nouvelles inquiétudes, notamment pour les artistes émergents et pour les « petites » salles de concerts. Les secondes n’ont pas retrouvé leur niveau de fréquentation d’avant-Covid et subissent pleinement l’inflation et la hausse des coûts d’organisation, de structure. Les premiers sont les grands perdants du partage de la richesse – les plateformes du type Spotify rémunérant bien davantage les artistes les plus streamés.

En conséquence, un écosystème très fragile et dont l’avenir n’est pas assuré.
Interrogé par Antoine Baduel, dans l’Happy Hour FG, le président du Centre National de la Musique (CNM) y voit clairement « une source de questions et d’inquiétudes ». Pour Jean-Philippe Thiellay, il y a désormais « les plus grandes salles, jauges, festivals, arenas dont le chiffre d’affaires progresse – d’environ 20% - et tout le reste qui, lui, ne progresse pas alors que les coûts augmentent. […] et il y a eu plusieurs dizaines de festivals qui ont annulé, en 2023, tout ou partie de leur programmation, pour des raisons économiques. Donc la situation est un peu fragile. »

CNM
CNM
Crédit : CNM

Et la fragilité des salles est aussi celles des jeunes artistes, grands oubliés du système actuel. Vous pouvez vous dire « normal qu’on rémunère mieux un artiste qui marche ». Sauf que le système de rémunération actuel qui bonifie déjà les plus gros, va encore être revu par Spotify. Dès janvier, les titres faisant moins de 1000 streams par an seront démonétisés complètement. Comprenez, plus rien pour les jeunes talents, les talents émergents, indépendants.

Pour le président du CNM - Jean-Philippe Thiellay – le problème va bien au-delà de cette nouvelle règle instaurée par Spotify. Pour lui « la répartition de la valeur [l’argent généré par les plateformes de streaming] n’est pas stabilisée. » De plus, les labels ont aujourd’hui « tendance à signer des artistes qui ont déjà beaucoup de fans sur les plateformes ». Du coup, comment percer ? Comment un(e) jeune talent peut émerger ?

 

CNM2
CNM2
Crédit : CNM2

Si en plus, ils ne trouvent plus de salles où se produire, où se faire la main et où commencer à bâtir leur public, on voit bien que la relève ne sera plus assurée. Et c’est oublier que toutes les stars d’aujourd’hui ont démarré un jour, en bas de l’échelle !

Le marché de la musique est florissant mais on voit bien que les inégalités sont à la fois criantes et dangereuses pour le renouvellement, la diversité artistique, le brassage de talents et de génération.

Retrouvez ici l'intégralité de l'interview du Président du Centre National de la Musique

bandeau application pub