IA : pas dans la musique !

27 mai 2024 à 14h08 par Christophe HUBERT

Image d'illustration
Image d'illustration
Crédit : @Airam Dato-on / Pexels

IA : pas dans la musique !

Plus de musique mais moins d’intelligence artificielle, c’est un peu le mot d’ordre qu’a lancé il y a quelques jours, le géant du disque Sony Music.

Dans une lettre ouverte, adressée à des centaines d’entreprises technologiques, travaillant sur l’IA, la maison de disque leur dénie le droit d’utiliser les artistes de son catalogue. En ligne de mire notamment, les IA génératives qui ne créent contenus, textes, audios ou vidéos, que parce qu’elles ont ingurgitées des milliards de données au préalable.

Le danger étant, au pire, la création de musique en utilisant par exemple, la voix de l’artiste. Au mieux, la fabrication de singles par milliers en utilisant le savoir-faire d’artistes humains.

Et la peur est d’autant plus réelle, que les titres générés par IA déferlent déjà par milliers sur les plateformes de streaming musical. Du coup, Sony Music prend les devants et le dit clairement aux 700 entreprises à qui elle a écrit. Mieux encore, le géant de la musique leur demande des comptes sur d’éventuels titres/artistes déjà utilisés, souhaite établir l’interdiction pure et simple de titres musicaux sans autorisation, et menace d’attaquer en justice.

En somme, les entreprises impliquées dans l’intelligence artificielle sont prévenues, elles ne pourront s’asseoir sur les droits d’auteur pour « nourrir » leurs projets d’IA.

En sortant l’artillerie lourde, Sony Music cherche à préserver ses artistes et leur juste revenu. La major cherche aussi à s’inviter dans un débat lancinant autour de l’intelligence artificielle générative accusée de « vol » de contenus. Dernièrement, ce sont 8 grands journaux américains qui ont lancé des poursuites contre Open AI (Chat GPT) pour le vol de « millions d’articles » sans autorisation.

bandeau application pub