La justice est-elle armée pour protéger les artiste victimes de cyberharcèlement ?

19 janvier 2023 à 17h23 par Sophie DIAS

La justice veut la mort de nos artistes ?
La justice veut la mort de nos artistes ?
Crédit : Pexels / Josie Stephens

On imagine le plus souvent que la vie d’artiste est remplie de bonheur et de moments de joie...  Mais il arrive aussi qu'ils soient vicimes de harcèlement, qu’ils lancent un appel à l'aide en ayant recours à la justice et que cette bouteille à la mer soit pas ou trop peu prise en compte. On a décidé de revenir sur deux affaires qui nous ont particulièrement secoués.

Eddy de Pretto

Il est l’artiste qui, depuis le début de sa carrière, expose ouvertement dans ses textes des problèmes de société tels que l’homophobie et les comportements machistes. Une prise de parti faite par l'artiste qui ne souhaite pas pour autant vouloir être « un porte-drapeau », confiait-il dans une interview accordée à nos confrères de Shoes Up en 2017.

Ses textes sont crus, parlent de sa sexualité et de sa vie, mais cette transparence ne lui a pas apporté que des bonnes choses… En juin 2021, à la suite d’un concert dans l’église Saint-Eustache de Paris, Eddy de Pretto a reçu près de 3.000 messages d’insultes et de menaces de mort sur ses réseaux sociaux. Une plainte a été déposée quelques jours après…

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Eddy de Pretto (@eddydepretto)

 

Mais ce n’est que le 3 octobre 2022 que s’est ouvert un procès pour harcèlement aggravé en ligne au tribunal correctionnel de Paris. Parmi ces 3.000 potentielles personnes inculpées dans cette affaire, ce sont dix-sept personnes qui ont été jugées.

Ce sont principalement des jeunes adultes âgés entre 20 et 26 ans, décrit selon le journal Le Monde comme « catholiques intégristes » qui ont été présentés à la barre. Il aura fallu attendre décembre 2022 pour que les peines tombent : trois à six mois de prison avec sursis... 

 

Autre affaire qui a bousculé les artistes dernièrement : celle de la chanteuse Hoshi.

Une artiste qui elle aussi a décidé d’assumer sa sexualité, d’en parler dans ses textes et même de le montrer ouvertement sur ses réseaux sociaux. Celle qui partage sa vie depuis 5 ans avec sa manageuse a reçu plus de 5.000 messages haineux sur ses réseaux sociaux.

C’est ce qu’elle a révélé le 12 janvier dernier en postant sur ses réseaux sociaux un long message.

 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Hoshi (@hoshi)

 

Une vague de cyberharcèlement qui aurait duré plusieurs années. Une première plainte avait été déposée par la jeune femme en mars 2020 pour des faits de harcèlement moral et sexuel en meute, menace de mort et de viols, injures aggravées et provocation à la haine.

En ce début d’année 2023, nous avons appris qu’une seule personne allait être jugée pour ces faits en juin prochain... L’enquête menée a pu permettre de retrouver plusieurs mineurs qui ne seront donc pas poursuivis, et un seul adulte.

Bientôt trois ans que la plainte a été déposée, trois années que la chanteuse ne sort jamais seule, traumatisée par ce qu’elle a vécu sur les réseaux sociaux et par peur. Elle affirme également avoir perdu dix kilos, ne plus pouvoir dormir sereinement par peur que quelqu’un vienne directement s’en prendre à elle dans son logement. Elle a même pris la décision de déménager suite à cette affaire de harcèlement. Dans une interview accordée à France Inter, Hoshi a avoué "ne plus avoir confiance en la justice française ».

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Hoshi (@hoshi)

 

Il aura fallu un an et demi d'attente pour que le harcèlement subi par Eddy de Pretto soit enfin puni. Du côté de la chanteuse Hoshi, trois années se sont passées sans que rien ne change. En juin prochain, le tribunal va donc  accueillir un seul individu pour une affaire qui en comptait peut-être des milliers... Qu'attend la justice pour se décider enfin à réagir fermement face à ces vagues de haine

Le 7 janvier dernier, c’est Lucas, un adolescent de 13 ans, qui s’est donné la mort dans les Vosges suite au harcèlement homophobe qu’il subissait au sein de son collège. Hoshi était revenue sur cette tragédie en déclarant dans son entretien sur France Inter « J’ai presque l’impression qu’il faut être mort pour faire réagir la justice. Tant que ce n’est que des menaces, ce n’est pas pris au sérieux, mais pourtant ça tue de l’intérieur ».

Il aura fallu un an et demi d'attente pour que le harcèlement subi par Eddy de Pretto soit enfin puni. Du côté de la chanteuse Hoshi, trois années se sont passées. En juin prochain, le tribunal va donc  accueillir un seul individu pour une affaire qui en comptait peut-être des milliers. Pourquoi ce sentiment de lenteur, d'inefficacité ?

Pour mémoire, une loi de 2018 a introduit dans le droit la notion de « cyberharcèlement », désormais puni de deux ans d’emprisonnement et de 30.000 euros d’amende.

Ce texte visait aussi à lutter contre ce qu’ont vécu Hoshi et Eddy de Pretto, le « cyberharcèlement en meute ». Ces « raids », qui sont des attaques coordonnées et simultanées. Depuis 2018 donc, on peut être puni, en participant à ces raids, même avec un seul post, un seul message publié.

Alors où cela bloque ? Dans le temps judiciaire, dans la difficulté à créer des dossiers pour saisir la justice. Un artiste victime de cyberharcèlement doit réunir les messages, ses auteurs (ou pseudos), faire une sorte que soit établi la notion de « meute »). Bref, de quoi jeter l’éponge. Sans même parler de l’organisation même de la justice qui fait que chaque internaute « harceleurs » doit être jugés séparément (ce qui parfois donne le sentiment de procès, à Paris, avec seulement 2, 3, 4 personnes déférées…). Bref, la loi existe, la justice fait probablement ce qu’elle peut et il est naturel que les artistes victimes demandent mieux, demandent un droit plus protecteur.

Restent aux élus à préciser, amender les textes pour renforcer la justice dans son pouvoir d’enquête et de sanctions.

 

bandeau application pub