Clubs : une réouverture compromise

12 janvier 2022 à 12h48 par Christophe HUBERT

Image d'illustration
Image d'illustration
Crédit : @Anna Tarazevich / Pexels

Clubs : une réouverture compromise

C’est le 24 janvier prochain que doivent rouvrir les clubs et discothèques. Du moins, c’est ce qu’espèrent les professionnels du secteur, sévèrement agacés par la décision du gouvernement du 29 décembre dernier.

Mais la situation actuelle ne pousse guère à l’optimisme. En effet, toutes les raisons qui ont conduit à la fermeture des clubs, avant les fêtes, restent d’actualité aujourd’hui : une explosion du nombre de cas (365.000 ces dernières 24h) et une campagne de vaccination toujours en cours, pour la dose de rappel.

Dès lors, difficile d’imaginer une marche arrière, ce serait pour le gouvernement, se dédire. Mais la politique n’étant pas des mathématiques, d’autres raisons pourraient l’inciter à plus de souplesse : la mise en place d’un régime strict d’un point de vue sanitaire – la 2G – imposerait le pass vaccinal à l’entrée des clubs PLUS un test PCR négatif. La volonté de caresser la jeunesse dans le sens du poil, serait aussi une bonne stratégie, surtout pour un président en campagne pour sa réélection. Donner le signal que les plus jeunes pourraient reprendre le cours « normal » de leur vie et de leurs nuits ne serait certainement pas un mauvais calcul électoral. De quoi plaider pour une réouverture des clubs.

Troisième et dernière raison qui pourrait inciter à une réouverture : le risque juridique. Comme on l’a vu en Belgique, les professionnels de la culture – et en l’espèce des clubs et discothèques – pourraient saisir le Conseil d’Etat dans le scénario d’une prolongation de fermeture, et comme ils ne sont pas dépourvus d’arguments – emporter une décision juridique qui contraindrait le gouvernement à lever l’interdiction. Là aussi, cela ferait désordre en pleine campagne électorale.

Pour tout dire, lorsqu’on les interroge, les patrons de clubs sont assez pessimistes concernant une réouverture le 24 janvier. Beaucoup pensent qu’une fenêtre de tir existe pour fin février, lorsque les vagues Delta et Omicron seront passées, et lorsqu’Emmanuel Macron sera vraiment en campagne, à la quête du suffrage des jeunes et du monde de la culture. Mais tout cela, n’est qu’hypothèse…

De votre côté, avez-vous hâte de retrouver les clubs et soirées ? 

bandeau application pub