Angleterre : 81% des clubs pourraient disparaitre.

8 février 2021 à 8h15 par Christophe HUBERT

RADIO FG
Crédit: @possessedphotography / unsplash.com

De la stupéfaction à l’effroi, de la surprise à la tristesse. Voilà le genre de sentiments mixés que provoque l’annonce de la NTIA - Night Time Industries Association comprenez l’association de l’industrie de la nuit anglaise.

D’après elle, et se basant sur un sondage réalisé auprès des gérants de clubs, 81% des discothèques pourraient mourir d’ici mars 2021, si le Gouvernement de Boris Johnson ne débloque pas de nouvelles aides. Évidemment, l’alerte vise justement à interpeller les pouvoirs publics et donc le chiffre est peut-être volontairement alarmant, mais il dit beaucoup sur le secteur du clubbing, en Angleterre comme dans d’autres pays : Allemagne, Italie, Espagne et bien sûr, en France.


Nous sommes à deux doigts de perdre une institution culturelle. » (Président de la NTIA)


La NTIA détaille les coûts qui menacent l’existence de nombreuses discothèques : le loyer (plus de 50% ont plus de 3 mois d’arriérés.), les indemnités à verser aux salariés.
Plus grave encore, et c’est peut-être ce qui explique la situation de nombreux clubs, 43% d’entre eux n’ont pas encore touché un centime d’aide du gouvernement, depuis le début de la crise.

Le patron de la Night Time Industries Association crie alors sa colère : Nous sommes à deux doigts de perdre une institution culturelle, le gouvernement a ignoré ce secteur et n’est pas parvenu à comprendre sa valeur économique et culturelle. »
Pour autant, le secteur de la nuit se veut résilient et prépare déjà l’avenir. Ainsi, au Royaume-Uni, les clubs vont de tester prochainement, un passeport de santé (très décrié en France). Autour de l’application You Check, il s’agit de combiner billetterie et résultats personnels : tests PCR, vaccination. Le dispositif sera donc testé, à Londres, début du mois de mars.