La musique, victime de l’inflation

22 juin 2022 à 12h00 par Christophe HUBERT

Apple Music
Apple Music
Crédit : @brett_jordan / unsplash

La musique, victime de l’inflation

Alors que la France est relativement épargnée par l’inflation (c’est vous dire si les prix flambent ailleurs en Europe…), les Européens sont de plus en plus confrontés à la vie chère. Tant et si bien qu’ils doivent arbitrer et se séparer de dépenses non-essentielles. Et à lire la dernière étude de l’institut Kantar, les plateformes de streaming musical en payent le prix fort.

Rien qu’en Angleterre (où l’inflation dépasse 11%), ce sont plus d’1 million de personnes qui ont décidé de résilier leur abonnement à Spotify, Deezer et autres Apple Music, et ils sont 37% à l’avoir fait par souci d’économie. Un phénomène que l’on rencontre également en Allemagne ou aux Etats-Unis. Malheureusement, cette étude ne s’est pas penchée sur le cas de la France. Reste qu’on voit mal comment on échapperait à cette vague de résiliation, qui touche surtout les plus jeunes. En Grande-Bretagne, le pourcentage de -35 ans, abonnés à une plateforme musicale a chuté de 57 à 53,5% en un an ! 

Une hémorragie qui pourrait rapidement s’étendre à d’autres secteurs culturels comme le cinéma ou le jeu vidéo (on l’observe déjà dans la vidéo, Netflix enregistrant une forte baisse du nombre de ses abonnés) car, à mesure que l’inflation rogne le pouvoir d’achat, les ménages coupent dans le « superflu ». Et l’avenir suscite bien des inquiétudes, selon les prévisions de la Banque de France publiées hier, la croissance en France ne dépassera pas les 2,3%len 2022 et l'inflation devrait atteindre 5,6% ! Pire encore, elle pourrait rester élevée les années suivantes.

Reste à espérer qu’il n’y ait pas d’effet domino qui handicaperait le marché culturel, notamment celui de la musique, encore convalescent après la crise covid.

Retrouvez ici l'étude Kantar (en anglais)

bandeau application pub