Happy Hour

Faire la fête coûte que coûte  

23 avril 2021 à 19h25 Par Jean-Baptiste Blandin
Crédit photo : Unsplash / @ Kimson Doan

La crise sanitaire est arrivée dans nos vies il y a maintenant plus d’un an entraînant avec elle la fermeture des clubs, des festivals, des bars et des restaurants mais aussi des restrictions très fortes : Eviter les rassemblements.  

Alors que le déconfinement se profile, la rédaction d’FG donne la parole à celles et ceux – et ils sont très nombreux - qui, depuis un an, n’ont pas cessé de se retrouver pour faire la fête.

Des petites soirées entre amis aux raves clandestines comme la fête du nouvel an près de Rennes à Lieuron, ils continuent à vivre car « c’est un besoin au même titre que travailler ». C’est ce que nous a expliqué Tom*, l’un de ces fêtards qui assument sans complexes ces soirées. On a donné la paroles à ces fêtards, sans jugements, pour écouter leurs points de vue. 

Écouter le podcast

« Il fallait sauvegarder la culture clandestine »

On a tous besoin de s’aérer et faire la fête en est un moyen comme un autre. Pour Marc* les raves et les soirées clandestines font partie de la culture, une culture mal interprétée depuis toujours et pour lui continuer à en faire est un moyen de les faire perdurer. 

Écouter le podcast

« Ça a ressoudé notre bande d’amis »

De l’apéro Skype aux multiples rassemblements entre amis, pour d’autres comme Eva*, les soirées sont arrivées naturellement au fur et à mesure que la pandémie s’éternisait et elle ne regrette rien.

Écouter le podcast

« Faire la fête à éviter à mes potes de partir en dépression »

« Comment ne pas voir ses potes quand on a 27 ans ? » Rompre avec ses habitudes n’est pas facile pour tout le monde, encore moins quand cette habitude en question est de se retrouver entre amis le week-end après une semaine de travail pour se voir, profiter les uns des autres et faire la fête.

Pour Antoine* 27 ans c’était impossible et finalement il se souviendra de cette année comme une année "super cool qu’il n’oubliera jamais".

Écouter le podcast

Pour rappel, les rassemblements de plus de six personnes sont interdits et déconseillés depuis le premier confinement. 

* Pour une question d'anonymat, les prénoms ont été modifiés